Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

coup de coeur

Connaissez vous l'Agriculture de Conservation (des Sols) ? Vers une agriculture raisonnée ....

Publié le par bassia

Publié dans agriculture, coup de coeur

Partager cet article
Repost0

Melles construit sa cabane pastorale d'Aouéran

Publié le par bassia

Partager cet article
Repost0

Qui est Estelle Brachlianoff, la nouvelle DG du grand VEOLIA après le rachat de SUEZ ?

Publié le par bassia

Publié dans coup de coeur, economie

Partager cet article
Repost0

Benoit Maubé, diplomé ingénieur Agronome TRPPA Sup Agro Montpellier promotion 2017 (index 3h52)

Publié le par bassia

Publié dans coup de coeur, agriculture

Partager cet article
Repost0

Ouest France : Article sur la fête de la pomme de Quévert avec la conférence de Benoit Maubé sur l'adapatation de la filière cidre aux effets du changement climatique

Publié le par bassia

À la fête de la pomme de Quévert, les pommiers face au réchauffement climatique

Face au réchauffement climatique, les producteurs de pommes s’adaptent. Dimanche 7 novembre, à la fête de la pomme de Quévert, l’ingénieur agronome Benoît Maubé évoquera les difficultés auxquelles font face ces arbres fruitiers, nombreux dans les Côtes-d’Armor.

Les productions de pommes doivent s’adapter pour faire face au changement climatique.
Les productions de pommes doivent s’adapter pour faire face au changement climatique. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

À l’occasion de la 36e édition de la fête de la pomme à Quévert, l’ingénieur agronome Benoît Maubé animera vendredi 7 novembre à 15 h une conférence sur l’adaptation des producteurs de pommes au changement climatique.

Avec l’association Coeur émeraude, l’ingénieur agronome Benoît Maubé étudie l’influence climatique sur le pommier depuis 2018. | EXTÉRIEUR

Pourquoi la culture de pomme est-elle menacée par le réchauffement climatique ?

Avec le réchauffement climatique, les températures augmentent et les périodes de sécheresse vont se multiplier. Cela pose problème pour deux raisons : d’abord, il y aura moins de périodes de pluie en été et davantage le reste de l’année. Les cultures vont donc manquer d’eau. Ensuite, la végétation sera plus précoce. Les pommiers vont fleurir plus tôt dans l’année et donc davantage en période de gel car malgré le réchauffement, il y aura toujours des périodes de gel, de plus en plus tôt. Le risque de dégâts va donc augmenter pour les cultures.

Dans quel projet s’est inscrit votre travail de recherche ?

Ce projet s’inscrit dans le cadre de mon stage avec Cœur émeraude. L’association souhaite travailler sur les paysages alimentaires du territoire afin de les préserver pour faire en sorte qu’ils soient le plus durable possible. Cela consiste à analyser la diversité de ce qui peut exister en termes d’agriculture et de pratiques alimentaires. Pour comprendre l’impact du réchauffement climatique sur les pommiers, nous avons utilisé les données relevées par les Mordus de la pomme depuis une trentaine d’années. Nous avons choisi d’étudier les pommiers car il y a un vivier important de producteurs dans la région.

Combien de producteurs avez-vous rencontrés ?

 

Je suis parti à la rencontre d’une trentaine de producteurs, de cidre, de jus de pommes et de pommes à couteaux. Certains installés sur le territoire du futur Parc Naturel Régional et d’autres aux alentours pour élargir mon échantillon de recherche. Mon objectif était d’observer les spécificités de leurs exploitations mais également leurs contraintes. Cela m’a permis de discuter avec eux sur ce qu’ils mettent en place ou ce qu’ils souhaitent mettre en place pour adapter leurs cultures.

Quelles stratégies les producteurs mettent en place pour s’adapter ?

 

Il y a d’abord ceux qui n’ont pas de problème au niveau climatique pour l’instant et qui ne prévoit donc aucune adaptation. À l’inverse, il y a ceux qui observent plus de dégâts. Ils peuvent choisir de lutter activement lors de la conception de leurs vergers en installant des haies pour protéger leur production ou bien utiliser des équipements d’irrigation ou d’anti gel. D’un autre côté, il y a les producteurs qui font avec le risque en tolérant une quantité de perte modérée et donc un rendement plus bas. Enfin, il y a ceux qui choisissent la stratégie de la diversification. C’est-à-dire de développer une production agricole qui n’est pas en lien avec la pomme avec par exemple une activité d’élevage sous les pommiers.

Quelles perspectives d’avenir pour ses différentes stratégies ?

Faire avec le risque ne semble pas économiquement viable. La diversification d’une production paraît plus durable. S’il y a un élevage sous les pommiers, cela peut apporter de l’engrais et une tonte intéressante. Mais dans ce cas, il y aura des contraintes d’entretien du verger et c’est un travail supplémentaire qui demande du temps.

Dimanche 7 novembre à 15 h. Salle omnisports de Quévert. Passe sanitaire obligatoire. Entrée : 5 €, gratuit pour les moins de 16 ans

Publié dans coup de coeur

Partager cet article
Repost0

Yves Guyot, écolo avant l'heure

Publié le par bassia

Publié dans coup de coeur

Partager cet article
Repost0

PRODUCTEURS DU PAYS BASQUE FROMAGERIE DES ALDUDES

Publié le par bassia

Publié dans coup de coeur

Partager cet article
Repost0

Installations obsolètes dans les Pyrénées

Publié le par bassia

Publié dans pyrénées, coup de coeur

Partager cet article
Repost0

Vélouse, les cycles fait main sur-mesure par Mr PASQUET à Toulouse

Publié le par bassia

Publié dans velo, coup de coeur

Partager cet article
Repost0

Barbara Pravi : Voilà - gagnante Eurovision France

Publié le par bassia

Publié dans coup de coeur

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>